Ces signaux verbaux et non verbaux qui trahissent notre pensée.

Publié: nov. 13 , 2015
Auteur: Thierry Bongat

Au cours d’une négociation, les signaux verbaux et non verbaux de votre interlocuteur sont une mine précieuse d’informations. Encore faut-il savoir les identifier. Feu rouge, orange ou vert pour conclure un accord… Au commencement était le verbe… L’attitude aussi.

• Quelques signaux non verbaux facilement repérables : le visage de votre interlocuteur vous semble plus détendu et souriant. Il se penche vers vous et opine de la tête. Une petite lumière dans les yeux ? Vous n’êtes pas loin de conclure ! Il décroise les jambes, encore un signe d’apaisement. Si bras et jambes restes croisés, signe de manque de flexibilité et évidemment d’ouverture. Il touche le produit à vendre, il commence à se l’approprier. Il se gratte, c’est un signe de stress. Il hoche la tête mécaniquement, c’est qu’il ne vous écoute et cela trahit une forme d’anxiété. En bref, les exemples de signaux non verbaux sont légions : de la poignée de main à la manière de boire le café, à la façon de s’habiller et aux expressions faciales.

Pour en savoir plus, lire l’article de Léa Guillaut (spotlink.com) sur « ces gestes qui révèlent nos secrets"… Cliquez ici.

• Quelques signaux verbaux qui vous suggèrent que la porte des négociations est entrouverte : l’écoute attentive de votre interlocuteur… Et le silence peut aussi raisonner dans vos oreilles comme un signal positif. Et oui, le silence peut aussi faire du bruit ! L’utilisation du conditionnel, donc il s’approprie déjà votre proposition ou votre produit. Il se projette dans la concrétisation de l’accord : c’est encore mieux. Il utilise l’imparfait : « je ne pensais pas dépenser autant », c’est qu’il est déjà prêt à payer…

Quelques exemples de signaux verbaux : « Je n’ai pas le pouvoir de signer de contrat », c’est que la signature est donc possible. « Habituellement, je ne fais pas de remises », encore un signe d’ouverture. « Nous ne négocierons pas à la hussarde (un leader syndicaliste à sa sortie de l’Elysée), c’est qu’il y aura donc négociation ! Dans tous ces exemples, les tics de langage trahissent les vraies pensées. Pour atteindre vos objectifs, restez à l’affut et prêt à présenter vos contreparties.

Pour en savoir plus, lire l’article de Dominique Dancoisnes (scribium.com) sur "les signaux d’achats". Cliquez ici.

 


PARTAGEZ

Thierry-Bongat.jpg

À propos de l'auteur:

Thierry Bongat
Thierry a évolué pendant plus de 25 ans dans l’Électronique Grand Public et de l’Informatique au sein de grands groupes comme Thomson, où il a occupé des fonctions de direction en Marketing et en Ventes, avant d’intégrer l’équipe de Scotwork France en 2013.

En savoir plus Thierry Bongat

Plus d'articles par Thierry Bongat

Actualités:

Brexit : la négo qui n’existait pas.

Impasse, c’est le mot qui revient le plus dans la presse pour qualifier l’état des négociations entre l’Union Européenne et la Grande Bretagne. Le Point va même jusqu’à titrer sur « une négociation qui n’en est pas une ».

Scotwork France
49 rue Rouelle 75015 Paris
France


+33 (0)1 45 78 17 17
france@scotwork.fr
Suivez-nous
Lloyd-register-LQRA-ISO-900.png
LO-ISQ.OPQF.png
logo_datadock.png