Les femmes n’aiment pas négocier leur salaire… et pourtant !

Publié: nov. 03 , 2016
Auteur: Thierry Bongat

De nombreux médias stigmatisent cette semaine l’inégalité salariale entre hommes et femmes, et les difficultés de ces dernières à négocier une augmentation. Une fois de plus, la négociation au féminin s’impose, et longuement, dans nos colonnes.

Le collectif féministe "les Glorieuses" appelle toutes les femmes actives françaises à cesser le travail le 7 novembre prochain !

En s'appuyant sur les données Eurostat, "les Glorieuses" a calculé que la différence de rémunération horaire brute entre hommes et femmes en France appliquée au nombre de jours ouvrés équivalait à une période sans solde allant du 7 novembre au 31 décembre 2016 (TTSO du 2/11/16). Nul doute que cet appel apparaît, certes entendu, mais ne sera pas suivi d’effets sauf d’annonces !?

Les femmes gagnent 15% de moins que les hommes en France, constatait hier le Figaro (27% dans d’autres médias) tout en évoquant un récent rapport du Forum économique mondial qui estime que « si la réduction de l'écart de rémunération entre homme et femme ne s'accélère pas, il faudra attendre jusqu'en 2186 pour que les salaires des hommes et des femmes soient enfin égaux », soit encore 170 ans !

« Pourquoi les femmes ne savent pas négocier leur salaire ? » s’interrogeait récemment Adèle Bréau dans terrafemina.com. Titre ô combien provocateur mais destiné à vous motiver, mesdames, à monter au « feu » de la négociation.

Cette difficulté à négocier au féminin serait notamment « due à une auto-évaluation biaisée par les femmes elles-mêmes », ce que confirment de récentes études réalisées auprès de jeunes diplômées. À l'origine de cette inégalité avérée et d’un complexe qui a la vie dure, « les éternels problèmes de la maternité avec les évolutions de carrière, les réunions de direction programmées après 18h, la difficulté masculine à mieux s’investir dans la paternité, sans oublier les stéréotypes sexistes qui embarrassent encore les recruteurs ».

Autre titre provocateur, celui du livre de Annie Batlle (Belin) : "Les femmes valent-elles moins cher que les hommes ?". Un ouvrage qui analyse le complexe de la négociation au féminin. En effet, l’ouvrage rappelle que «  ce sont les hommes qui ont fait prospérer les entreprises et inventé le management. Les femmes sont entrées tardivement, par la petite porte, dans un univers formaté et tentent depuis d’imposer leur présence ».

D’après terrafemina.com, « 60% des femmes ne demandent pas de négociation ». Parmi les raisons évoques, une culpabilité liée la fameuse tranche horaire des 18h et à ce qu’elles considèrent comme «  un manquement à leur devoir professionnel en comparaison au présentéisme masculin ».

Si 60% d’entre elles ne demandent pas d’augmentation, 75% sont malgré tout insatisfaites de leur rémunération. Autre chiffre éloquent : les femmes se jaugent 15% en dessous du salaire médiant, quand les hommes se jugent 15% au dessus ! « Victime du syndrome de la bonne élève, les femmes n’osent pas réclamer par peur de déplaire, pensant qu’il faut avoir de bons résultats, pour être récompensées ». Hélas, comme souvent dans le monde de l’entreprise, la méritocratie ne suffit pas... Il faut aussi savoir demander !

Reste que l’inégalité perdure y compris dans la vie quotidienne : aujourd’hui encore, souligne Adèle Bréau, « les femmes subissent la woman tax (sur-facturation des produits féminins) ou comment gagner moins pour payer plus »… La négociation a son rôle à jouer pour que soit résolue cette équation intolérable.

De toute évidence, la négociation est un nom féminin... il ne reste plus qu'à le conjuguer de la même manière !

 

14 RÈGLES SIMPLES POUR NEGOCIER AU FEMININ

(d’après aufeminin.com)

Pour beaucoup de femmes, négocier un salaire dans le cadre d’un nouvel emploi peut être stressant, voire impossible… auféminin.com énonce 14 règles simples à garder en tête lorsqu’on négocie.

1. Sachez vous faire aimer.

2. Expliquez pourquoi vous méritez un tel salaire.

3. Soyez claire sur le fait que l’emploi vous intéresse réellement.

4. Prêtez attention à la personne avec qui vous négociez.

5. Comprenez les contraintes.

6. Ne mentez pas aux questions difficiles en étant préparée.

7. Voyez l’intention au-delà de la question.

8. Négociez tous les points du même coup.

9. Ne négociez pas simplement parce que vous savez comment.

10. Jouez avec le temps pour synchroniser les offres.

11. Ne fixez pas d’ultimatum.

12. Soyez patiente.

13. Restez à la table des négociations à travers le temps.

14. Gardez un bon sens de la perspective.

 

Mesdames, il est temps pour vous de négocier !

 

* * *

Vous aimerez aussi : 

Négociation de salaire : quelle somme demander ?

Négocier son salaire au féminin : 14 recommandations.

Négocier son salaire : du « marronnier » aux marrons du feu.

Négociation de salaire : un jackpot qui anime la toile !

 


PARTAGEZ

Thierry-Bongat.jpg

À propos de l'auteur:

Thierry Bongat
Thierry a évolué pendant plus de 25 ans dans l’Électronique Grand Public et de l’Informatique au sein de grands groupes comme Thomson, où il a occupé des fonctions de direction en Marketing et en Ventes, avant d’intégrer l’équipe de Scotwork France en 2013.

En savoir plus Thierry Bongat

Plus d'articles par Thierry Bongat

Actualités:

Viser haut ou viser juste ?

Dès le début d’une négociation, n’ayez pas peur de viser haut… en osant exprimer votre exigence la plus élevée.

Scotwork France
49 rue Rouelle 75015 Paris
France


+33 (0)1 45 78 17 17
france@scotwork.fr
Suivez-nous
Lloyd-register-LQRA-ISO-900.png
LO-ISQ.OPQF.png
logo_datadock.png