Arnaque à la renégociation des prêts immobiliers.jpg
© Pixabay

Arnaque à la renégociation des prêts immobiliers.

Publié: avr. 10 , 2018
Auteur: Thierry Bongat

Dimanche dernier, le JDD publiait une courte mais édifiante enquête sur les arnaques aux prêts immobiliers. En effet, de plus en plus de clients floués portent plainte contre des sociétés censées renégocier leurs conditions d’emprunt.

Si le calcul du taux effectif global (TEG) reste quelque peu opaque, certains arrivent cependant à le décortiquer et en cas d’erreur arrivent à le renégocier ou à le contester en justice avec de « substantielles économies pour l’emprunteur » souligne le JDD. Partant de ce constat, cette « renégociation » est devenue un douteux fonds de commerce qui touche aujourd’hui le fond entrainant dans son sillage des milliers d’emprunteurs.

Principe tel qu’expliqué par l’hebdomadaire citant l’une des entreprises mise en cause : « contre le versement de 2 700 euros minimum (selon les clients), la société faisait diagnostiquer un prêt par des experts financiers et recourait à des avocats pour le contester en cas d’erreur de calcul. Pour couvrir les actions en justice, le client devait remettre au pot la somme équivalente au premier versement, cette avance devenant remboursable en cas de perte du procès », cela étant à priori garantit par une assurance. Mais à partir de 2016, les banques se sont mises à gagner contre les emprunteurs et le système s’est effondré.

Attention donc au miroir aux alouettes quel qu’il soit. Même si l’on pourrait exiger plus de transparence dans le calcul du TEG, il vaut mieux encore s’adresser à des banques dignes de ce nom plutôt qu’à des officines qui promettent plus qu’elles ne tiennent.


PARTAGEZ

Thierry-Bongat.jpg

À propos de l'auteur:

Thierry Bongat
Thierry a évolué pendant plus de 25 ans dans l’Électronique Grand Public et de l’Informatique au sein de grands groupes comme Thomson, où il a occupé des fonctions de direction en Marketing et en Ventes, avant d’intégrer l’équipe de Scotwork France en 2013.

En savoir plus Thierry Bongat

Plus d'articles par Thierry Bongat

Actualités:

Vertus et dangers de l’excuse.

Savoir s’excuser est plus une preuve d’humilité que de faiblesse… Reconnaitre une erreur, admettre un écart de langage peuvent relancer une négociation qui patine ou qui s’enferre dans les égos. S’excuser oui, mais sans pour autant renoncer à ses objectifs ou en faire une monnaie d’échange.

Scotwork France
49 rue Rouelle 75015 Paris
France


+33 (0)1 45 78 17 17
france@scotwork.fr
Suivez-nous
Lloyd-register-LQRA-ISO-900.png
LO-ISQ.OPQF.png
logo_datadock.png