Négociation bancaire - un sujet qui fait toujours « recette » !.jpg
© Pixabay

Négociation bancaire : un sujet qui fait toujours « recette » !

Publié: mai 17 , 2019
Auteur: Thierry Bongat

Avec un service 100% gratuit et transparent pour l’utilisateur, Selectra est la plateforme leader de la comparaison des offres d’énergie. Elle vise aujourd’hui à devenir « omnifournisseur » et distille en ce sens des conseils concrets et pratiques… Que et comment négocier avec sa banque ? Une question souvent posée et des réponses appropriées… Il n’y a pas de petites économies.

Une certitude : les banques en ligne et les néobanques proposent aujourd’hui des tarifs de plus en plus bas et bousculent le marché bancaire traditionnel. Selectra invite donc les clients restés fidèles aux banques ayant pignon sur rue à négocier. Un bémol que reconnait la plateforme : les frais courants (tenue de compte, abonnement carte bancaire) ne sont pas évidents à diminuer parce que difficilement personnalisables, c’est à votre profil de faire la différence.

- Que négocier ?

  • La Carte bancaire. Il faut compter en moyenne 45 euros par an pour une Visa classic dans une banque traditionnelle. Son coût peut être négociable : réduction de cotisations (jusqu’à 50%), services supplémentaires, gratuité d’une carte d’un niveau supérieur ou pour le conjoint pendant un an, remboursement des cotisations sur quelques mois.
  • Les frais bancaires. En cas de découvert, intérêts débiteurs (agios) et commissions d’intervention pour toute opération de paiement avancé multiplient les frais. Ils sont négociables si on les anticipe.
  • Le crédit principalement immobilier. Selectra souligne qu’une banque ne fera jamais d’emblée la meilleure proposition et recommande les services d’un courtier. A négocier également : la gratuité des frais de dossier, l’absence de pénalités en cas de remboursement anticipé.
  • S’il est impossible de négocier les livrets réglementés par décret (livret A ou Développement Durable), une remise est possible sur les frais d’entrée d’un PEA ou les frais de versement en assurance-vie.

 - Quelques leviers de négociation.

  • La domiciliation des revenus. Si elle n’est plus obligatoire pour contracter un prêt immobilier (Loi Pacte avril 2019), elle peut se monnayer en échange de contreparties telles qu’un taux préférentiel ou une réduction de frais.
  • La bonne connaissance des frais bancaires. Plus aisément négociables quand l’on souscrit à de nouveaux produits. Parfois, ils peuvent être abusifs… La vigilance est de mise tout comme la connaissance de leur montant plafonnés par la loi.
  • La fidélité. Quand une relation de confiance est avérée, cela offre quelques avantages… Encore faut-il penser à les demander !
  • La concurrence. C’est en effet là, l’un de vos principaux leviers de négociation… histoire que votre banque s’aligne… si ses tarifs sont plus élevés. Une nécessité : comparer ce qui est comparable, être précis et concret.

Pour en savoir plus, cliquez sur le lien suivant : selectra


PARTAGEZ

Thierry-Bongat.jpg

À propos de l'auteur:

Thierry Bongat
Thierry a évolué pendant plus de 25 ans dans l’Électronique Grand Public et de l’Informatique au sein de grands groupes comme Thomson, où il a occupé des fonctions de direction en Marketing et en Ventes, avant d’intégrer l’équipe de Scotwork France en 2013.

En savoir plus Thierry Bongat

Plus d'articles par Thierry Bongat

Actualités:

Fondamentaux Scotwork : les concessions ne sont pas des cadeaux.

Ce n’est pas parce que l’esprit de Noël commence à éclore sur les sapins que votre prochaine négociation doit vous conduire à faire des cadeaux. Des concessions plutôt… tant qu’il y a des contreparties.

Scotwork France
49 rue Rouelle 75015 Paris
France


+33 (0)1 45 78 17 17
france@scotwork.fr
Suivez-nous
image008-final.png
LO-ISQ.OPQF.png
image003-final.png
logo_datadock.png