Le retrait - une posture de négociation ?.jpg
© Pixabay

Le retrait : une posture de négociation ?

Publié: juin 23 , 2020
Auteur: Alexis Debril

Pour Thierry Breton, le retrait des États-Unis des discussions internationales sur la taxation des GAFA est une « posture de négociation » et « les négociations devraient se poursuivre durant toute l’année 2020 » ajoute le commissaire européen au Marché intérieur. Quitter une table de négociation pour mieux y revenir : une stratégie payante ?

Rappelons le contexte de la taxe GAFA… ou GAFAM, si l’on rajoute Microsoft à Google, Amazon, Facebook et Apple. Il s’agit donc d’imposer les « hackers du numérique » comme les qualifiait l’ancien secrétaire d’État chargé du Numérique Mounnir Mahjoubi. En effet, explique l’Usine Nouvelle : « Dans sa configuration actuelle, le système fiscal international permet entre autres aux géants du numérique la possibilité de déclarer leurs bénéfices dans des pays à faible taux d'imposition des sociétés comme l'Irlande, indépendamment du pays dans lequel se trouvent leurs utilisateurs ». Pour la France, le manque à gagner fiscal serait de 1,1 milliard d’euros estime Mounnir Mahjoubi dans le Parisien : « En 2018, les GAFAM ont payé 130 millions d’euros au fisc au titre de l’impôt sur les sociétés : une broutille ! ».

La France, en attendant une harmonisation européenne, a décidé de mettre en place sa propre taxe. Un projet de loi visant à taxer les géants du numérique à hauteur de 3% minimum de leur chiffre d’affaires en France a ainsi été adopté en avril 2019. Et les États-Unis de répliquer avec des menaces de sanctions commerciales auprès de tous les pays effectuant la même démarche. Concernant l’hexagone, les menaces de l’administration Trump étaient plus que dissuasives comme le relate Libération : « taxer à hauteur de plus de 2 milliards d’euros supplémentaires différents fleurons de l’export français (fromages, champagne, maroquinerie etc.) ».

C’est sous l’égide de l’OCDE, que des négociations furent entamées afin d’aboutir à un accord international. Des discussions qui alimentent depuis une série à rebondissements dont nous semblons encore loin du dénouement. En suspendant les négociations en cours, « les États-Unis ont donc jeté un froid » précise Silicon.fr. « Une provocation », pour Bruno Le Maire, ministre de l’Économie : « Nous étions à quelques centimètres d’un accord sur la taxation des géants du numérique, qui sont peut-être les seuls au monde à avoir tiré d’immenses bénéfices du coronavirus ».

Selon Thierry Breton, il s’agit là donc d’une posture de négociation : « On rentre, on sort, on fait une pause. La négociation va se poursuivre », promettait-il sur le plateau de LCI, le 22 juin. Les élections américaines seraient la véritable raison de la suspension des négociations.

Quant au retrait proprement dit sur le plan théorique des techniques de négociation, il s’apparente volontiers au principe de l’ajournement enseigné dans les stages de Scotwork : faire une pause pour reprendre des forces ou les renouveler, calmer les esprits, consulter sa hiérarchie ou d’autres avis, prendre du recul… On peut aussi claquer la porte dans un coup d’éclat mais avec possibles effets boomerang… Il faut alors être assez subtil pour la laisser, somme toute, entre-ouverte !

L’oncle Sam n’est pas à une facétie près tant il excelle au jeu du chat et de la souris, du chaud et du froid, voire au pouilleux massacreur. La mécanique si elle est parfaitement connue, n’en est pas moins redoutable : des effets de manche pour mieux avoir à la gagner. Mais à ces coups de poker là, les coups de bluffs ont des retours parfois aléatoires.


PARTAGEZ

Photo Pro Alexis.jpg

À propos de l'auteur:

Alexis Debril
Après avoir évolué pendant plus de 5 ans dans le conseil en stratégie, missions notamment axées sur les restructurations d’entreprises et l’optimisation des départements Achats et Commerce, Alexis s’est tourné vers l’entrepreneuriat. Après 2 années riches en échanges et en développement, avec la création d’un fonds d’investissement dans l’Art et un projet de Food-Court à Paris, Alexis rejoint Scotwork en 2019.

En savoir plus Alexis Debril

Plus d'articles par Alexis Debril

Actualités:

La citation du mois - Juillet 2020

Les caresses n'ont jamais transformé un tigre en chaton. Franklin Roosevelt

Scotwork France
49 rue Rouelle 75015 Paris
France


+33 (0)1 45 78 17 17
france@scotwork.fr
Suivez-nous
datadock_opt.png
opqf_opt.png
ffp_opt.png
LR iso_opt.png
cpf_opt.png