Négociation 2.0: 2 - La cyber négo n’a pas la tête dans le « cloud » !.jpg
© Pixabay

Négociation 2.0/ 2 - La cyber négo n’a pas la tête dans le « cloud » !

Publié: mars 26 , 2020
Auteur: Alexis Debril

Ou plutôt si, mais en gardant les pieds sur terre… Qui dit cyber attaques dit cyber négociateurs… Une profession en voie d’expansion, cyber criminalité oblige.

« De plus en plus d’entreprises sont victimes d’extorsions informatiques », évoque Emmanuel Paquette dans l’Express (568 plaintes déposées en 2018). Des prises en otages de notre univers virtuel aux conséquences bien réelles et souvent dramatiques. A cet égard, l’exemple de la marque lyonnaise de lingerie Lise Charmel qui vient d’être placée en redressement judiciaire provisoire -c’est une mesure de protection- à la suite d’une attaque de ransomware. Le groupe ayant refusé de payer la rançon exigée, son activité s’en est trouvée paralysée entrainant un manque à gagner de plusieurs millions d’euros selon les dirigeants de l’entreprise (source zdnet.fr).

Ce type d’attaque est devenue monnaie courante… généralement en bitcoins à la traçabilité quasi impossible. Cibles visées par les cybercriminels : les entreprises, les institutions les collectivités. Pour faire face, l’Express révèle que « d’anciens policiers sont sollicités pour négocier avec les malfrats ». Et le journal de préciser « qu’ils opèrent dans la plus grande discrétion pour libérer les ordinateurs de leurs chaînes, redonner de la voix aux téléphones incapables de sonner ou débloquer les réseaux informatiques à l’arrêt. »

A l’instar d’une prise d’otage physique, leurs manières de procéder sont similaires, explique l’Express : engager le dialogue avec les criminels (par mail), gagner du temps, flatter leur égo… Par l’empathie, créer une certaine forme de proximité. Et aux dires du journal, cela fonctionne.

Cyber négociateur, une profession certes encore confidentielle mais hélas d’avenir.


PARTAGEZ

Photo Pro Alexis.jpg

À propos de l'auteur:

Alexis Debril
Après avoir évolué pendant plus de 5 ans dans le conseil en stratégie, missions notamment axées sur les restructurations d’entreprises et l’optimisation des départements Achats et Commerce, Alexis s’est tourné vers l’entrepreneuriat. Après 2 années riches en échanges et en développement, avec la création d’un fonds d’investissement dans l’Art et un projet de Food-Court à Paris, Alexis rejoint Scotwork en 2019.

En savoir plus Alexis Debril

Plus d'articles par Alexis Debril

Actualités:

Biais rétrospectif : les dangers du « je le savais ».

Visitant une usine de masques près d’Angers, le 31 mars dernier, Emmanuel Macron appelait « à la dignité et à l’esprit de responsabilité celles et ceux qui construisent des connaissances d’aujourd’hui quand ça n’était pas celle d’hier » (La Tribune). S’il ne nous appartient pas de commenter sur le fond cette phrase du président de la République, celle-ci illustre parfaitement la notion de biais rétrospectif ou le piège du « je le savais ». Un danger qui menace dans l’analyse de l’échec d’une négociation ou si un événement inattendu la perturbe.

Scotwork France
49 rue Rouelle 75015 Paris
France


+33 (0)1 45 78 17 17
france@scotwork.fr
Suivez-nous
datadock_opt.png
opqf_opt.png
ffp_opt.png
LR iso_opt.png
cpf_opt.png